Internet et les Béatitudes : de l’art des choix…

Un article profond et rafraîchissant du père Pierre Amar**
sur un blog que nous vous recommandons chaleureusement :
le Padreblog

Nous sommes tous présents sur Internet pour plein de raisons. Et tous, nous avons compris qu’avant d’être un moyen, le web était surtout un lieu. On n’utilise pas Internet, on y va. Mais comment et à quel prix ? Si jamais votre entourage immédiat ne vous avait pas déjà alerté sur le temps que vous passiez sur des écrans, voici les béatitudes du bon catho-geek*… Si vous vous reconnaissez dans tous ces travers, ne vous découragez pas : les béatitudes sont un chemin, un idéal vers lequel il faut tendre. L’important c’est de progresser !

Pour lire la suite de l’article, c’est par ici !

Voici quelques-unes des béatitudes rédigées par le père Amar (pour vous donner le goût d’aller lire tout l’article et donc le commentaire qu’il fait de ces béatitudes) :

  • Heureux celui qui lit un article jusqu’au bout
  • Heureux celui qui possède un vrai réveil
  • Heureux celui qui n’éclabousse pas les autres de son soi-disant bonheur
  • Heureux celui qui ne fait pas le marketing de lui-même
  • Heureux le « présent-présent »

Pour 2019, un souhait – une résolution ? Raison garder quant à notre usage d’internet !

Sainte et heureuse année !

Anne-Elisabeth Nève

*Catho-geek : catho, vous savez ce que c’est 🙂 ; geek, peut-être moins : voici une définition de Wikipédiaun geek est une personne qui est accro à la technologie spécialement de l’information, des nouveaux médias, comme les réseaux sociaux.

**L’illustration, vous l’avez compris, n’a « rien à voir » avec le contenu de l’article, mais elle représente bien, me semble-t-il, l’idée qu’on pourrait se faire du catho-geek… Je remercie Gorilla Goodies (logo à gauche) de leur autorisation d’utiliser leurs photos !

Droits d’auteur : aïe ! Ouille !

Copyright

Nous savions que cela pouvait arriver, mais nous n’y croyions peut-être guère ? Nous nous disions que personne « n’éplucherait » notre (petit) site ?

De bonne foi, nous avons utilisé des photos ou des dessins trouvés sur internet ou ailleurs, et nous les avons publiés sur notre site internet.

Et voici que, subitement, nous recevons un courrier de 10 pages (ou un courriel avec de nombreuses annexes), nous intimant l’ordre de payer x centaines d’euros pour utilisation abusive (sans licence ou autorisation) de telle illustration sur notre site. Aïe ! Ouille !

Manifestement, au moins une société a décidé de prendre les choses en mains au nom des photographes qui n’ont pas le temps ou les moyens de traquer systématiquement l’utilisation (abusive) de leurs photos. Et les sociétés de ce type risquent de se multiplier à l’avenir, donc il s’agit de prendre les choses au sérieux, en tant que communicateur pour notre paroisse ou notre UP, ou notre service.

Que faire ?

  • Si la demande de paiement émane d’une société valablement mandatée ou d’une autorité compétente, et si,
  • effectivement, nous avons bien utilisé cette photo sur notre site internet sans en avoir reçu l’autorisation de l’auteur,
  • nous sommes tenus de payer, sous peine d’une astreinte judiciaire -beaucoup plus ennuyeuse et chère encore.

Ensuite, il nous faudra passer en revue toutes les illustrations de notre site, pour vérifier que nous mentionnons bien les autorisations nécessaires : © (et le nom de l’auteur) ou mention, type « CC0 Creative Commons », de toutes nos illustrations.

Quid des illustrations pour lesquelles nous n’avons pas d’autorisation ? Soit nous obtenons cette autorisation (et nous l’indiquons sur ou sous l’illustration), soit… nous la supprimons de notre site.

Pour rappel, ce n’est pas parce qu’une photo est disponible sur internet qu’elle est libre de droits : c’est-à-dire qu’un photographe / illustrateur qui publie une photo / illustration peut (légitimement) réclamer qu’une compensation financière lui soit apportée pour tout usage qui en est fait. Il nous faut donc vérifier avant de publier nous-même cette illustration ! Pour plus de détails, nous vous renvoyons à notre document sur l’utilisation des photos.

Même s’il s’agit mon site n’a pas d’objectif commercial ? Même si mon site est vu par quelques dizaines de personnes par an seulement ? Eh oui… si nous avons utilisé une illustration sans en avoir le droit, c’est comme ça ! Nous avons le devoir de respecter non seulement la loi, mais aussi le travail des photographes et illustrateurs.

Prudence est la mère de la sagesse !

Nous vous souhaitons de ne pas recevoir de tels courriers… et vous invitons donc à prendre toutes les mesures qui s’imposent.

Anne-Elisabeth Nève

P.S. Certains commentaires m’appellent à la vigilance quant à d’éventuels arnaqueurs, et ils ont bien raison ! Le SPF Finances donne des consignes ici : la société de qui émanaient les courriers / factures est nommément citée à la page 8 de ce document -ce qui m’a incitée à rédiger cet article.

24 janvier 2019 : soirée des communicateurs du Vicariat !

Soyez les bienvenus à la soirée
des communicateurs du Vicariat,
le jeudi 24 janvier* 2019 de 18h30 à 22h
au Centre pastoral à Wavre

Une question servira de fil rouge à cette soirée :

Ma manière de communiquer témoigne-t-elle
de ma joie d’être disciple-missionnaire ?

Arnaud David, animateur de Talenthéo, nous apportera son aide et son talent pour réfléchir à ce thème. Nul doute qu’à l’issue de cette soirée, nous verrons un peu plus clair sur le pourquoi et le comment de notre mission.

Côté pratique, comme les années précédentes, nous aurons prévu un repas sandwiches. Pouvons-nous vous demander de prévoir soit une boisson soit un dessert pour 4 personnes ?

Pour nous permettre d’organiser la soirée, merci de compléter ce formulaire de participation et de nous le renvoyer pour le 15 janvier.

Grand merci ! À la joie de vous retrouver au début de cette nouvelle année !

Anne-Élisabeth, Alfred, Élisabeth et Paule

P.S. Cette invitation s’adresse à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, membres ou non d’un pôle Communication de notre Vicariat, favorisent la circulation de l’information au profit des paroissiens et habitants de leur territoire. Dans le doute, prenez contact avec nous !

*à l’occasion de la fête de saint François de Sales, patron des journalistes.