Une délégation de Tertio reçue par le Pape

À l’occasion de son vingtième anniversaire, une délégation de l’hebdomadaire catholique flamand et de l’éditeur Halewijn s’est rendue à Rome. Point culminant de ce voyage : leur rencontre en audience privée par le pape François.

Cette année, nos confrères de Tertio fêtent le 20e anniversaire de leur hebdomadaire. Dans ce cadre, une trentaine de membres de la rédaction et de l’éditeur Halewijn ont fait le déplacement dans la Ville éternelle, le 17 septembre dernier. Après une rencontre avec l’ambassadeur de Belgique près le Saint-Siège, la délégation a eu le privilège d’être reçue le lendemain, en audience privée par le pape François. Notons que Tertio avait déjà rencontré le souverain pontife pour une longue interview !

« Le professionnel chrétien de l’information doit donc être un porteur d’espérance et de confiance en l’avenir. Car c’est seulement lorsque l’avenir est assumé en tant que réalité positive et possible que le présent devient aussi vivable (…) Vous êtes semeurs de cet espoir en un lendemain meilleur. Dans le contexte de cette crise, il est important que les moyens de communication sociale contribuent à faire en sorte que les personnes ne demeurent pas enfermées dans leur solitude et puissent recevoir une parole de réconfort. » (Pape François)

L’unité dans la diversité : message du Pape

Le pape invite les médias catholiques à « l’unité dans la diversité »

Pour la première fois de son histoire, la conférence annuelle des médias catholiques promue par la Catholic Press Association (Association de la presse catholique) se tiendra en mode virtuel les 1-2 juillet. Dans un message qu’il leur adresse à cette occasion, le pape François invite les participants à être entre eux signes d’unité ; pour le Saint-Père, le monde a plus que jamais besoin d’hommes et de femmes de principes pour protéger une information de tout ce qui pourrait l’altérer.

« L’expérience de ces derniers mois a montré combien la mission des médias est essentielle pour maintenir les gens ensemble, en réduisant les distances, en fournissant les informations nécessaires et en ouvrant les esprits et les cœurs à la vérité », écrit le pape aux conférenciers. Ce rendez-vous annuel majeur de la presse catholique réunit d’ordinaire aux Etats-Unis nombre de journalistes, professionnels du monde de la communication et de l’édition, ainsi que plusieurs évêques. En raison de la crise sanitaire actuelle et des restrictions de déplacements qu’elle induit, cette conférence se déroulera cette année en mode virtuel sur le thème ‘ensemble bien que séparés’ (Together while apart), lequel exprime ‘de manière éloquente, selon le pape, le sentiment d’union qui a paradoxalement émergé de l’expérience de la distance sociale imposée par la pandémie. » C’est d’ailleurs cette prise de conscience qui conduisit à la création des premiers journaux catholiques américains, remarque François, citant l’exemple du Catholic Miscellany, publié pour la première fois à Charleston en 1822 et qui fut suivi par d’autres revues et périodiques.

Lire la suite

Vous avez dit COMMUNIQUER ? Notes personnelles…

La vérité en temps d’internet

Vous avez dit COMMUNIQUER ?

Exposé par le père Nikolaas Sintobin s.j.

Soirée de formation du 20 janvier 2020 au Centre pastoral

 

Je vous partage modestement mes quelques notes prises lors de cette soirée.
Si elles peuvent être utiles à l’un ou l’autre, j’en suis ravie.
A bientôt, Elisa

  • Six dynamiques typiques de l’environnement numérique

Structure de communication horizontale
Sur le web, tout le monde se trouve à pied d’égalité. Tout le monde est au centre d’internet… ou plutôt tout internet tourne autour de chacun. L’horizontalité est de règle… Chacun peut accéder à cet espace de communication quand il veut, comme il veut. Sur internet, nul ne peut s’exprimer comme s’il détenait le monopole de la vérité : chacun a son opinion. Le pape a son opinion et moi, j’ai la mienne : tous au même niveau. On n’a jamais été aussi bien informer qu’aujourd’hui. Le surfer catholique peut être mieux renseigné que son évêque. Cette horizontalité peut déconcerter les catholiques plutôt habitués à une hiérarchie et à une verticalité. On est dans l’époque post-truth.

Le surfer décide
Dans ce chaos informationnel, c’est le surfer qui décide sur quel site il veut aller ou pas, combien de temps il va y rester, ce qu’il va regarder ou pas, ce qu’il va croire ou pas. Le modèle de la chair de vérité où le prêtre prêche devant des fidèles obligés de l’écouter ne s’applique absolument pas sur internet. Ainsi, l’enjeu pour nous autres communicateurs est de faire en sorte que le surfer veuille bien venir sur notre site… et quand il y arrive, qu’il ait envie d’y rester et d’y revenir. C’est lui qui décide : c’est à nous de le convaincre de venir et de consommer.

Personnalisation dans un océan d’anonymité
L’espace numérique est un lieu d’anonymat… mais cet anonymat est relatif car on peut toujours tout retrouver. Néanmoins, il y a un réel anonymat : on ne connaît pas la majorité des blogeurs. Prenons l’exemple de ce qu’il y a eu avec le pape émérite et le cardinal Sarah : suivant le site sur lequel on va, des écarts énormes peuvent être trouvés dans l’analyse de l’événement… et tous pensent avoir la vérité. L’anonymat va de pair avec cette offre de contenu dont la véracité est difficile à jauger.

Face à cet anonymat, on constate une tendance ou une contre-tendance à la personnalisation : on veut connaître la personne qui propose des contenus. Encore un exemple : le pape François, très actif sur Twitter, a 70 millions followers sur Twitter… alors que l’Osservatore romano n’en a que quelques dizaines de milliers. Quelle différence ! Un compte personnel aura plus de followers qu’un compte institutionnel. Il y a une personnalisation… qui fait que l’anonymat ou la dynamique d’anonymisation conduit à une coloration davantage personnelle et donc subjective de la vérité : est vrai ce qui est dit par telle personne. On choisit de faire confiance à tel site plutôt qu’un autre. C’est très subjectif. Les réseaux sociaux vont de plus en plus fonctionner comme un filtre : on fait confiance à un tweet parce qu’il a été retweeté par telle personne ou publié sur tel site, etc.

Lire la suite

Vous avez dit communiquer ?

Vous étiez plus de 50 à participer à notre formation du 20 janvier dernier. A l’unanimité, cette soirée s’est révélée passionnante et riche. Il faut dire que notre orateur, le père Nikolaas Sintobin s.j., nous avait concocté un exposé de grande qualité qui a su rejoindre nos expériences pastorales mais aussi nos cœurs, grâce à sa simplicité et sa pertinence.

Nous vous proposons de reparcourir ensemble cette soirée…

Temps de rencontre et de convivialité

Vous étiez nombreux à arriver très tôt, dès 18h15. Cette ponctualité a permis de commencer la soirée par un long temps fraternel à la salle Sainte-Claire, autour d’un repas simple et délicieux. Une petite animation nous a aidés à nous tourner vers des personnes que nous ne connaissions pas encore pour se présenter et faire plus ample connaissance. Cette entrée en la matière est déjà en soi une réussite pour notre soirée.

La communication à l’ère d’internet et à l’école du pape François

Vers 20h, la cloche retentit : l’assemblée est invitée à rejoindre la salle Jean XXIII où le père Nikolaas l’attendait pour un exposé lumineux. Répartie en trois sections, sa présentation a commencé par nous introduire à quelques dynamiques typiques de l’environnement numérique, avant de nous proposer une analyse pertinente de la manière de communiquer du pape François. Une courte réflexion sur notre manière de concevoir la vérité aujourd’hui a enfin clôturé l’enseignement.

Réflexion personnelle et communautaire

Le père Nikolaas Sintobin nous a apporté de nombreux éléments pour rejoindre et améliorer notre manière de communiquer. Pour les intégrer et les approprier, la troisième partie de notre soirée n’était pas de trop… Dans cette troisième partie de soirée, nous avons pris le temps de laisser remonter tout ce qui venait d’être dit, afin de partager sur ce qui nous avait touché, positivement ou négativement, dans l’exposé, mais aussi sur les pistes d’action que chacun entrevoyait pour améliorer sa propre manière de communiquer.

La soirée s’est terminée par un échange durant lequel toute personne qui le désirait pouvait soit partager à l’assemblée sa piste d’amélioration, soit poser une question à notre orateur. Au terme de notre rencontre, notre évêque nous a envoyés en mission, renouvelés par ce que nous venions de partager tous ensemble.

Elisa

20 octobre : assemblée vicariale d’envoi en mission

Chers amis,

En octobre 2018, tout le Vicariat du Brabant wallon s’est lancé dans une démarche commune intitulée Tous disciples en mission – L’audace d’une conversion. Nombreuses furent les rencontres et les initiatives au sein des paroisses et des Unités pastorales tout au long de l’année écoulée.

Il était prévu de valoriser le « Mois extraordinaire de la Mission » que le pape François a voulu mettre en exergue en octobre prochain. Nous allons donc nous retrouver le dimanche 20 octobre pour vivre une journée vicariale en la Collégiale de Nivelles en présence du Cardinal De Kesel et de moi-même.

Cette journée a plusieurs objectifs :

  • mettre en commun les expériences et les découvertes vécues localement ;
  • nous laisser interpeller et encourager par divers témoins ;
  • discerner ensemble les appels que l’Esprit-Saint nous adresse pour être une Église plus joyeusement aimante et missionnaire ;
  • célébrer tout cela dans l’eucharistie pour que le Seigneur nous envoie vers une conscience plus vive et plus déterminée de la mission qu’Il nous confie : chacun personnellement, nos paroisses et nos UP, tout le Peuple de Dieu.

À vous qui avez une charge particulière dans l’accompagnement pastoral sous toutes ses formes, je vous invite de façon pressante à vous joindre à nous le dimanche 20 octobre à Nivelles ; d’y inviter vos communautés et groupes divers et de tous âges ; de voir comment organiser les déplacements de chacun ; et -rien de tel- de venir avec eux !

Même si, chez vous, les initiatives par rapport à Tous disciples en mission ont été timides, nous avons besoin de votre présence pour poursuivre cette conversion missionnaire qui est au cœur de notre mission et d’y entraîner vos paroisses et vos UP.

Arrivera prochainement dans vos paroisses un courrier de Missio qui compte aussi sur vous afin que ce mois extraordinaire de la Mission y soit mis en valeur durant ce mois d’octobre et spécialement le week-end des 19 et 20 octobre. Il ne faut pas négliger cet aspect : nous travaillons en complémentarité et, d’ailleurs, la collecte organisée durant la messe en la collégiale de Nivelles ce dimanche 20 octobre sera destinée aux Œuvres pontificales missionnaires.

Monsieur le Cardinal et moi-même vous remercions déjà d’avance pour votre collaboration à cette journée qui n’a d’autre but que de nous laisser envoyer davantage pour que la Bonne Nouvelle soit portée à tous avec une ardeur renouvelée ainsi qu’une grande confiance et une grande espérance (Pape François).

Le 2 septembre 2019
+ Jean-Luc Hudsyn

P.S. : Pour accéder au programme complet et aux supports d’information : www.tousdisciples.be.

P.S. 2 : Le service de Communication demande à toutes les paroisses et Unités pastorales qui disposent d’un site internet et/ou d’une page Facebook et/ou compte Twitter d’y partager la vidéo présente ci-dessus : merci d’avance !

P.S. 3 : Surtout pour les enfants et les jeunes, mais utile pour tous, nous vous signalons que l’inscription à la journée est très souhaitée ; voici le lien vers le formulaire.